top of page
  • Esmé L. K. Partridge

Charles III, le roi anti-matérialiste?

Interview for Atlantico.fr.


Atlantico : Nous avons connu le roi Charles III comme un activiste environnemental. Dans votre article, vous évoquez une position moins connue concernant ses opinions sur la religion et son affiliation au pérennialisme. De quoi s'agit-il ?


Esmé Partridge : En tant que Prince de Galles, Sa Majesté était le mécène de plusieurs organisations caritatives au Royaume-Uni, dont la Temenos Academy. La Temenos Academy est un centre d'étude de la philosophie pérenne, une école de pensée qui croit que toutes les religions traditionnelles partagent des enseignements métaphysiques fondamentaux et sont différentes expressions d'une même vérité. Le pérennialisme est apparu au XIXe siècle avec le philosophe français René Guénon, mais on retrouve ses idées centrales chez des penseurs chrétiens antérieurs tels que Marsilio Ficino. En définitive, l'idée que les vérités universelles ont des expressions particulières remonte à Platon.


Le roi Charles III est-il un pérennialiste ou ressent-il la proximité de ce point de vue depuis longtemps ?

Charles est le défenseur de la foi chrétienne, et il a clairement indiqué que sa foi personnelle est "profondément enracinée" dans l'Église d'Angleterre. Mais il a également exprimé son désir de protéger les autres religions et semble s'en être inspiré par le passé. Ainsi, bien que nous ne voulions pas faire de suppositions sur les convictions de Sa Majesté, il semble qu'il maintienne la croyance pérennialiste selon laquelle la sagesse peut être trouvée dans d'autres religions en dehors du christianisme et que nous pouvons tous bénéficier de cette sagesse.


Comment expliquer l'intérêt du roi Charles III pour le pérennialisme ?

L'une des croyances fondamentales du pérennialisme est que le monde moderne a perdu le contact avec la dimension spirituelle de la réalité, et que depuis le siècle des Lumières, nous avons été gouvernés par des idéologies séculaires et une concentration sur le progrès matériel ; une situation difficile que le pérennialiste René Guénon a appelé "le règne de la quantité". Charles a déjà fait référence au concept de règne de la quantité et semble également croire que le monde moderne a besoin de renouer avec le sens du sacré. Son désir de protéger l'environnement ainsi que les arts et l'artisanat traditionnels suggère qu'il veut maintenir ces vaisseaux de transcendance, que nous pourrions considérer comme faisant partie de sa philosophie plus large.


Dans quelle mesure cela peut-il avoir des conséquences sur son règne ?

Sa Majesté est roi depuis moins de deux semaines et il a déjà rencontré les chefs religieux de Grande-Bretagne, notamment les juifs, les musulmans, les zoroastriens, les bouddhistes, les sikhs et les hindous, affirmant qu'il protégera leurs croyances. Il est manifestement très attaché à la représentation de tous les groupes confessionnels et à la prise au sérieux de leurs croyances, et je pense que nous pouvons nous attendre à ce que cela se poursuive pendant son règne. Puisque le pérennialisme soutient fondamentalement qu'il existe de multiples religions et une seule vérité, nous pourrions interpréter l'accueil de Charles à la diversité religieuse non pas comme reflétant l'attitude postmoderne selon laquelle chaque groupe de la société a sa "propre vérité" - la position relativiste culturelle - mais qu'ils pointent tous vers la même vérité universelle.


Son pérennialisme pourrait-il expliquer sa position sur la religion en général, et son admiration pour l'Islam en particulier ?

C'est tout à fait possible - il a exprimé son admiration envers l'Islam et les cultures musulmanes, déclarant une fois que les vues islamiques sur la nature pourraient nous montrer quelque chose que le christianisme est le plus pauvre d'avoir perdu. Ce qui revient à dire que le christianisme et l'islam ont des croyances en commun, mais que l'islam a peut-être réussi à les maintenir alors que le christianisme les a quelque peu affaiblies par la modernité. Certains pourraient être sceptiques quant à l'issue de cette démarche, mais nous avons déjà vu que Sa Majesté ne compromet pas sa propre foi en adoptant de telles attitudes.


La proximité de Charles III avec le pérennialisme peut-elle trouver un écho dans le peuple britannique ?

Dans une société multiculturelle et pluraliste, il peut être difficile de regarder au-delà des différences extérieures entre les gens et de reconnaître qu'il existe certaines valeurs partagées par tous. Alors que le relativisme et l'athéisme examinent ces différences et arrivent à la conclusion qu'il n'existe aucune vérité objective, le pérennialisme y répond en disant qu'il s'agit simplement d'expressions différentes et variées d'une seule vérité (mais que les différences sont importantes et doivent être maintenues - les pérennialistes étaient très opposés au syncrétisme et au mouvement New Age qui fusionnait différentes croyances en une seule). Cette approche pourrait être bénéfique à la société britannique car elle permet de répondre au pluralisme et à la différence religieuse sans abandonner la foi en un Dieu unique.

bottom of page